Lire l’article
© Warm Up

Auto-Moto

F1: les Grands Prix qui ont écrit l’histoire d’Imola

La Formule 1 est de retour ce week-end sur l’autodrome Enzo et Dino Ferrari d’Imola à l’occasion du GP d’Emilie-Romagne. L’occasion de revenir sur les courses les plus marquants qui s’y sont disputées parmi les 29 organisées depuis 1980.

1982: Villeneuve-Pironi, la rupture

Les temps sont compliqués pour les grands manitous de la F1 avant ce deuxième Grand Prix de Saint-Marin de l’histoire, en raison d’un conflit entre la FISA et la FOCA. Plusieurs écuries boycottent donc la course, voilà pour le décor en dehors de la piste. Sur celle-ci, ce sont les Ferrari de Gilles Villeneuve et de Dider Pironi qui dominent, au grand bonheur des nombreux tifosi présents. Mais un véritable psychodrame va faire voler en éclat l’entente des deux pilotes de la Scuderia. Villeneuve en tête devant son coéquipier pense que les positions sont figées, mais Pironi va finalement le doubler et l'emporte. Le Canadien s’estime trahi, et le climat entre les deux hommes est détestable. Gilles Villeneuve se tuera lors du GP suivant à Zolder le 8 mai 1982.

1986: Prost, le coup de la panne

Débarrassé de la pression après l’obtention de son premier titre en 1985, Alain Prost est la saison suivante favori à sa propre succession, mais McLaren voit revenir à sa hauteur un concurrent comme Williams-Honda avec ses pilotes Nigel Mansell et Nelson Piquet. Après un abandon sur casse moteur au Brésil, et un podium en Espagne, Prost doit gagner à Imola. Un an après y avoir été disqualifié, le Professeur va prendre sa revanche dans des conditions rocambolesques, devant ralentir dans le dernier tour en raison d’un manque d’essence, il passe la ligne d’arrivée dans un ultime effort et parvient à devancer Piquet. Prost conservera son titre.

1989: Berger frôle la mort

C’est désormais avec Ayrton Senna que Alain Prost doit partager le box chez McLaren. Et les deux hommes se livrent une lutte acharnée qui va vite devenir épique. A Imola, les pilotes ont un accord pour ne pas s’attaquer au départ. Tout se passe bien entre les deux pilotes de l’écurie anglaise, mais Gerhard Berger sort lui violemment de la piste, et sa Ferrari prend feu après un terrible choc avec le mur dans Tamburello. L’Autrichien s’en sort par miracle, et la course est relancée. Prost prend la tête lors du deuxième départ, mais Senna fait une tentative de dépassement et passe le français. Le Brésilien remportera la course et les relations avec Prost deviendront dès lors délétères…

1994: week-end noir

Voilà le Grand Prix le plus noir de l’histoire de la Formule 1. Tout commence le vendredi, avec l’accident effrayant de Rubens Barrichello qui se casse un bras. Samedi lors des qualifications, l’Autrichien Roland Ratzenberger trouve lui la mort dans sa Simtek. La F1 n’avait plus connu d’accidents mortels et la mort de Riccardo Paletti en 1982. Mais le sort va s’acharner, et le dimanche 1er mai, le triple champion du monde Ayrton Senna se tue à 34 ans après sa sortie de piste au volant de la Williams dans Tamburello. Un choc immense pour la discipline et le monde du sport dans son ensemble.

2005: au coeur du duel Alonso/Schumacher

Dominateurs depuis 2000, Michael Schumacher et la Scuderia Ferrari ne sont pas au meilleur de leur forme en 2005. Et un jeune loup aux dents longues nommé Fernando Alonso va venir bousculer l’ordre établi avec sa Renault. L’Espagnol occupe la tête du GP de Saint-Marin quand Michael Schumacher fond sur lui lors des derniers tours. Le duel est acharné, le Kaiser tente de dompter le Taureau des Asturies, mais doit s’incliner, pour seulement 215 millièmes de secondes. Alonso ira chercher son premier titre de champion du monde quelques mois plus tard…

Thibaut Goetz

Date de publication: 16 avril 2021

0 Commentaire

Voir tous les Commentaires

Sur le même sujet