Lire l’article
© McLaren

Auto-Moto

GP de Monaco: à chaque virage son histoire

Absent du calendrier 2020 en raison de la crise sanitaire, le GP de Monaco fait son retour ce week-end. Une course qui conserve depuis 1929 un caractère à part en Formule 1.

Monaco, son port, ses yachts, ses millionaires… et son circuit urbain qui figure parmi les plus célèbres au monde. Depuis 1929, le tracé conçu par Anthony Noghès est devenu au fil des années le théâtre d’un événement immanquable et désormais mythique pour les fans de Formule 1. Sainte-Dévote, la Rascasse, Mirabeau… Les noms des 18 virages qui composent le circuit sont autant de souvenirs qui remontent à la surface à leur seule évocation.

1- Sainte-Dévote

La sainte patronne de Monaco et de la Corse en aura vu de toutes les couleurs en 77 éditions du GP local. Premier virage du tracé, situé seulement 150 mètres après la ligne de départ, cette courbe à droite représente une des rares opportunités de dépassement du circuit. Attention toutefois à ne pas trop en faire, à l’instar de Max Verstappen tentant de dépasser Romain Grosjean à cet endroit en 2015.

2- Beau Rivage

Après Sainte-Dévote, les pilotes sont pied au plancher dans la montée (à 12%) de Beau Rivage, ou ils peuvent atteindre jusqu’à 285km/h. Tant et si bien qu’à cette vitesse, on n’a même pas l’impression qu’un léger virage à gauche puis à droite se trouve dans cette montée. Beau Rivage vient du nom du bâtiment jouxtant cette partie du circuit. Et pour les plus privilégiés d’entre nous, la terrasse offre un superbe panorama sur le circuit.

3- Massenet, 4- Casino

Longue courbe bosselée vers la gauche, négociée à 160km/h, Massenet est une enfilade qui préfigure le virage du Casino qui suit. C’est en outre le point culminant du circuit, situé 44 mètres au dessus du point le plus bas. Une fois sortis de cet enchaînement, les pilotes foncent ensuite vers Mirabeau. Ici en vidéo l’exemple à ne pas suivre, on y retrouve Fernando Alonso et sa Ferrari en 2010.

5- Mirabeau-Haut

Au moment de la sortie du Casino vers Mirabeau, les monoplaces pénètrent dans le deuxième secteur du circuit. Virage très lent qui se négocie à 80km/h, Mirabeau représente une opportunité (risquée) de dépassement. Parfois cela se termine bien, parfois cela se termine dans le rail, et nombreux sont les pilotes à s’être fait piéger à cet endroit. En vidéo on retrouve Juan-Pablo Montoya en plein dans les bouchons au moment d’aller au bureau.

6- L’épingle du Grand hôtel

Voilà un des endroits les plus emblématiques du circuit de Monaco. Virage le plus lent de tout le championnat du monde, il se négocie à environ 60km/h, et représente un spot très prisé pour les photographes. Depuis les années 50, la configuration du virage n’a pas véritablement évoluée, hormis son environnement urbain. Ici en vidéo on retrouve un time-laps permettant de juger de son évolution entre 1978 et 2019.

7- Mirabeau bas, 8-Le Portier

Après l’épingle, les pilotes enchaînent sur deux virages à droite, qui peuvent là aussi coûter très cher si ils ne sont pas parfaitement négociés. Passé à environ 90km/h et en pente, Mirabeau-bas est suivi par le virage du Portier, qui conditionne toute la ré-accélération vers le Tunnel. Ce virage est resté célèbre pour la sortie de piste qu’avait connu à cet endroit Ayrton Senna, dominateur du GP de Monaco 1988 mais qui par un léger moment de déconcentration laisse échapper la victoire à Alain Prost. 

9- Le Tunnel

Voilà le secteur du circuit ou les F1 atteignent leur vitesse de pointe sur le tourniquet monégasque. Les monoplaces y pénètrent à 170km/h, prennent le virage intérieur à 265km/h, avant d’en ressortir à plus de 290km/h et de revoir au même moment la lumière du jour. L’adhérence y est différente par rapport au reste de la piste, ce qui complique encore plus le numéro d’équilibriste des pilotes…

10, 11- La chicane du port

Autre endroit resté dans les mémoires, la chicane du port de Monaco est un morceau d’histoire à elle seule. En 1955, Alberto Ascari surpris par l’huile répandue sur la piste par la casse moteur de Stirling Moss part à la faute et plonge dans les eaux du port! Le pilote italien sera secouru par les hommes-grenouilles, avant de se tuer en essai la semaine suivante. C’est également à cet endroit que Lorenzo Bandini perdit la vie dans sa Ferrari en flammes en 1967.

12 - Le Bureau de Tabac

Négocié à 180km/h, le virage du bureau de tabac est lui aussi bien connu des fans, déjà pour son nom original. Les pilotes y entrent alors dans la zone portuaire du circuit, qui se termine au niveau de la Rascasse. Les pilotes doivent assurer leur freinage pour bien franchir cet écueil, tout en conservant le maximum de vitesse pour aborder le passage suivant, celui de la Piscine. En 1950, à l’occasion du premier GP de Monaco comptant pour le championnat du monde de Formule 1, un carambolage monstre s’y produisit.

13,14,15- La Piscine

Voilà un des enchaînements les plus spectaculaire du circuit. La chicane de la Piscine voit les F1 arriver à plus de 250km/h à son entrée, pour décélérer jusqu’à 130km/h afin d’en sortir sans casse. Zone ou les pilotes peuvent prendre beaucoup de risque pour faire la différence au niveau du chronomètre, elle est le théâtre de nombreuses sorties. C’est encore une fois Max Verstappen qui nous montre l’exemple à ne pas suivre.

16- La Rascasse

Virage à double corde parmi les plus mythique du circuit de la Principauté, la Rascasse voit les pilotes arriver à près de 200km/h avant de ralentir à environ 135, puis 65 en sortie. Très difficile à négocier en raison de l’angle de braquage réduit des monoplaces, le pilote peut y voir tout ses efforts anéantis en une fraction de seconde. Il paraît que les dépassements y sont impossible, sauf pour le local Charles Leclerc.

17, 18 - Anthony Noghès

Nous sommes presque arrivés au bout de nos émotions. Dernière difficulté avant de revenir sur la ligne droite des stands, le virage qui porte le nom du concepteur du circuit est un dernier morceau d’adresse pour les pilotes. Courbe à droite qui présente du devers sur sa partie gauche, il vaut mieux ne pas y perdre trop d'allure si l’on veut obtenir la meilleure pointe de vitesse en arrivant sur Sainte-Dévote. En vidéo, un tour complet du circuit avec le pilote qui s’est le plus imposé sur le tortueux tracé de 3,337km, le regretté Ayrton Senna.

 

Date de publication: 18 mai 2021

0 Commentaire

Voir tous les Commentaires

Sur le même sujet