Lire l’article
© Mark Eckhardt - Druktemaker & Den Helder Suns

Basket

Kovac, le virus « Oranje » dans la peau !

Il vient de souffler ses vingt bougies et quasiment autant d’années passées sur les parquets de basket. Découverte de Ben Kovac, nouvel ailier des Helder Suns aux Pays-Bas. 

L’Histoire raconte que Ben Kovac est né dans une salle de basket. Le grand gaillard de 20 ans est tombé dès ses premiers pas dans la marmite de la balle orange. Il n’affichait pas encore son mètre 96 sous la toise et ses 95 kilos de muscle sur la balance qu’il parcourait déjà les salles où les paires de sneakers crissent sur le parquet à chaque mouvement défensif. Issu d’une famille de basketteurs, dont la maman Dana Kovacova était professionnelle au Luxembourg, ce fan ultime de Carmelo Anthony a effectué ses premiers dribbles vers l’âge de trois ans. Depuis le virus ne l’a plus quitté et le centre sportif de Lallange d’Esch-sur-Alzette est devenu sa deuxième maison. C’est en 2003, qu’il effectue ses premiers pas au Basket Esch en baby basket. 

De classe d’âge en classe d’âge, il gravit les échelons et se fait un nom jusqu’à intégrer les sélections jeunes du Luxembourg : « Un honneur et une fierté ». Tout juste majeur, il intègre l’équipe eschoise des Seniors hommes. Dans son équipe de toujours, entouré de professionnels américains, Kovac ne se pose pas de questions et met à profit son adresse à longue distance. Le poste 2 de la formation championne nationale en titre se fait un nom et voilà qu’à la vingtaine, il veut sauter logiquement une étape majeure dans sa jeune carrière : passer dans le monde pro. Comme sa maman, partie trop tôt, et pour laquelle il concède avoir une pensée à chacune de ses entrées sur un terrain de basket.

Né dans une salle de basket

 Le voilà parti en août dernier chez les Helder Suns aux Pays-Bas. C’est donc à quelques quatre cent cinquante kilomètres de la maison que Ben Kovac découvre une nouvelle ville, un nouveau pays mais surtout un nouveau monde. Celui d’un quotidien rythmé par deux entrainements par jour, où les douze joueurs qui composent la formation possèdent tous un tricot estampillé du statut de joueurs pros. Suivi depuis quelques temps par son nouveau coach Peter Van Noord, mais aussi bien aiguillé par son compatriote Alex Laurent, lui aussi passé par les Suns, son choix pour rejoindre la bourgade située au Nord d’Amsterdam s’est déroulée de manière tout à fait naturelle. 

Avec un contrat d’une saison en poche, Ben Kovac sait qu’il devra faire ses preuves et élever son niveau lors de chaque entrainement et partie : « Au Luxembourg, il y a du talent mais ça manque parfois de physique. Ici, c’est très costaud avec deux « vrais » postes 5 par formation. Il y a une bonne bagarre à l’entrainement et la concurrence est saine. On se tire tous vers le haut. » L’émulation prend vite. Pour son premier de match de présaison, le shooteur a empilé 27 points face à l’Apollo Amsterdam. Un état d’esprit qui pourrait le mener encore plus loin. En attendant l’équipe nationale profitera de son jeune talent dès le mois de novembre avec la campagne de qualification pour le championnat d’Europe. 

Jocelin Maire

Tags# :
Date de publication: 07 octobre 2020

0 Commentaire

Voir tous les Commentaires

Sur le même sujet