Lire l’article
© Jeuxvideo.com

E-Sport

Street of Rage, 30 ans de bastons… et de bons sons!

Réponse de Sega au Final Fight de Capcom, Street of Rage premier du nom fête cette année ses 30 ans.

Trois décennies déjà qu’Adam, Axel et Blaze ont débarqué dans nos consoles pour nettoyer les rues du syndicat de Mr. X et qu’on s’éclate seul(e) ou à deux à fracasser du punk... oui toi qui lis ces quelques lignes tu viens de prendre un sérieux coup de vieux, mais histoire d’oublier nos cheveux blancs et de garder la pêche, revenons ensemble sur cette série de beat them all culte… au travers de sa bande-originale !

En effet, s' ils sont réputés pour être parmi les meilleurs défouloirs de l’air 16 bits, les jeux Street of Rage sont aussi largement reconnus pour la qualité de leurs bandes-originales composées par l’excellent Yuzo Koshiro qui donnent à la trilogie Megadrive une ambiance et une énergie unique qui influencent encore aujourd’hui bien des musiciens de la scène synthwave. En avril 2020, c’est le compositeur français Olivier Derivière qui reprendra - avec talent - le flambeau sur le très bon Street of Rage 4 de Lizardcube. Assez discuté, place à la musique avec une sélection de 4 morceaux issus des différents jeux qui on l’espère vous donneront envie d’y rejouer.

Street of Rage (1991 - Megadrive )

C’est en 1991 donc que débarque Street of Rage premier du nom, et si votre serviteur ne le découvrira que bien plus tard, la faute à une jeunesse exclusivement dédiée à la Super Nintendo, il savait sans oser le dire que c’était le genre de jeu made in Sega qui pétait la classe. Bien animé, coloré et assez complet au niveau des mouvements pour un jeu de cette période SoR fait l’effet d’une bombe surtout que contrairement à Final Fight il pouvait se jouer à deux. Techniquement ça envoyait sévère mais le tout est magnifié par l’excellente bande-originale de Yuzo Koshiro qui livre un ensemble de musiques qui régalent nos oreilles même quand elles sont écoutées en dehors du jeu. D’une belle énergie, l’ensemble est parfaitement cohérent et colle à l’ambiance assez bad ass dégagée par les graphismes des niveaux traversés.

Très influencé par le hip-hop ainsi que par l'électro pour coller au style très urbain du jeu Koshiro va imposer son style et marquer durablement les esprits. Ici nous allons écouter la piste Dilapidated Town parfaitement représentative du niveau de qualité de cette OST indispensable.   

Street of Rage 2 (1992 - Megadrive)

Plus beau, plus nerveux et plus complet, cette suite arrivée un an plus tard toujours sur Megadrive est tout simplement l’épisode le plus culte de la saga. Beaucoup plus abouti que son prédécesseur, il a véritablement marqué son époque pour ses qualités ludiques indéniables bien entendu mais aussi grâce à l’incroyable travail de Koshiro qui balance une OST de folie qui fait fumer le YM2612 16-bit puce sonore de la Megadrive. L’album qui fonce encore plus dans la musique électronique déploie un son vraiment incroyable pour l’époque, vraiment nous n’avions que très rarement (jamais ?) entendu un résultat aussi dingue sur un jeu console au point que le travail du compositeur fut considéré comme révolutionnaire au moment de la sortie. Si les musiques du premier jeu peuvent s’écouter sans soucis sans avoir la manette en main, ici on a comme l’impression d’écouter un album qui n’est pas forcément composé pour un jeu vidéo. Un travail de composition remarquable qui est définitivement entré dans la légende et que je vous laisse découvrir le volume à fond au travers du très nerveux morceau Spin on the bridge.

Street of Rage 3 (1994 - Megadrive)

Loin d’être le mauvais jeu décrit par beaucoup grâce à son gameplay plus complet et souvent balayé d’un revers de la main quand il s’agit d’évoquer la saga, Street of Rage 3 souffre d’une très mauvaise réputation chez les joueurs surtout en Europe où le jeu a subi de nombreux changements assez malheureux au niveau du design général. Plus criard dans ses couleurs et moins inspiré visuellement que ses prédécesseurs, le jeu souffre aussi d’une bande-son plus agressive qui ne restera pas dans les mémoires. Aidé par Motohiro Kawashima, Koshiro se lance dans une OST toujours trés éléctro mais plus hardcore dans son approche. Parfois à la limite de l’expérimental la musique fatigue parfois plus qu’elle nous motive à casser des bouches ce qui est une belle déception après ce qui nous avait été proposé dans les jeux précédents. Puisqu'il fallait quand même vous proposer un morceau pour illustrer le vilain petit canard de la série, nous avons sélectionné la musique Boss.

Street of Rage 4 (2020 - Switch/PC/Ps4 et Xbox One)

Après avoir étonné tout le monde avec leur excellent remake du classique de la Master-System Wonder Boy : The Dragon’s Trap, les français de Lizardcube se voient confier la lourde tâche de ressusciter une autre série culte de Sega mais cette fois au travers d’une véritable suite… Street of Rage ! Attendu au tournant par une horde de gamers toujours prêts à hurler quand on touche à leur chouchou, ce quatrième épisode est à l’arrivée une réussite totale qui retrouve l’énergie et le fun des jeux originaux tout en apportant son lot de nouveautés. Avec des animations au top, des graphismes soignés et un système de combo jouissif on peut dire que les développeurs donnent tout pour faire de leur bébé un titre qui respecte ses aînés avec ce qu’il faut de clins d'œil qui régalent les fans mais qui n'oublie jamais qu’il est un titre de 2020 prêt à conquérir un nouveau public. Sur ce nouveau jeu c’est le très bon Olivier Derivière (Remember me, A plage Tale : Innocence, Vampyr) qui s’occupe de la bande-originale et c’est un régale de l’écouter s’approprier l’univers sonore de Street of Rage. S' il n’oublie pas de laisser de la place aux anciens compositeurs de la série (Koshiro, Kawashima), il invite aussi d’autres artistes pour notre plus grand plaisir. Véritable bijou, l’OST de SoR 4 retrouve l’équilibre des 2 premiers albums qui ont clairement servis de supports pour la composition des nombreux morceaux. Histoire d’illustrer la qualité de ce retour en force de la saga culte et pour conclure ce dossier, nous allons écouter The Storm Boat composé par Derivière, morceau qui utilise des sonorités proches de ce que nous proposait Koshiro dans son travail sur le second  jeu.

A noter si vous appréciez les différents sons diffusés ici, que les albums des différents jeux sont disponible à l’écoute et à l’achat sur Apple Music ou Spotify et surement sur d'autres plateformes de streaming bien connues.

 

Date de publication: 17 aout 2021

0 Commentaire

Voir tous les Commentaires

Sur le même sujet