Lire l’article
Reuters

Euro 2020

La Suède frustre l'Espagne et les amateurs de football

Refusant le jeu à tout prix, la Suède a résisté (0-0) à une équipe espagnole qui manquait trop de folie et audace pour faire vaciller le bus jaune et bleu. Plus choquant encore, les hommes d’Andersson auraient même pu réussir le braquage de ce début de tournoi… Tout reste particulièrement ouvert dans ce groupe E qui offrira un très prometteur Espagne - Pologne samedi.

Espagne appliquée, Suède apathique

Alors que les doutes et les interrogations subsistaient sur le niveau actuel de la Roja, la Suède elle, a apparement un avis bien tranché. Ayant décidé de ne pas titiller leur adversaire du soir,  les Scandinaves décident de poser le bus devant la surface et ne proposent strictement rien. Une stratégie qui convient parfaitement aux hommes de Luis Enrique, bien satisfaits de pouvoir mettre en place leur système de possession sans pressing, et essayer de trouver la faille dans un des rares espaces. Malgré ce scénario à sens unique, l’Espagne n’arrive pas à ouvrir le score malgré un bel extérieur de Koke hors cadre et une splendide tête d’Olmo bien déviée. Avec une possession de balle ahurissante de 90% pour les ibériques, la stratégie Suédoise intrigue tant les joueurs paraissent sans agressivité ni idées.
Alors que la demie heure de jeu est passé, le scénario demeure similaire, avec une Espagne tournant autour de sa proie, et une Suède toujours dénuée de toute personnalité. Morata a alors l’opportunité de punir l’attentisme des Scandinaves mais il rate de manière surprenante un face à face qui lui semblait pourtant promis. Et soudain, la Suède pense réussir l’impensable : Aleksander Isak récupère un ballon dans la surface, arme sa frappe par deux fois et trouve le pied d’un défenseur sur la ligne qui fait ricocher la balle sur le poteau. Passé cet enchaînement enfin plus excitant, la première période s’achève sur ce score nul et vierge, malgré deux nouvelles tentatives côté ibérique.

Isak excellent, Morata particulièrement vendangeur

Reparti sur exactement les mêmes bases, le match continue de proposer un attaque défense à l’intensité faible. La Suède semble néanmoins, à l’image d’un Isak absolument intenable, plus décidée à tenter ses coups, et passe très proche de réussir le braquage parfait à l’heure de jeu, mais Berg se retrouve dans l’incapacité de conclure. Luis Enrique se décide alors à changer certains de ses membres, en commençant par un Morata particulièrement vendangeur. Plus surprenant, Andersson décide lui de sortir Aleksander Isak, pourtant seul joueur suédois à sortir du lot. Ces choix tactiques des deux côtés ne changent pas grand chose à la physionomie de cette rencontre qui perd de plus en plus en intensité, pourtant déjà faible. Olmo, encore lui se voit offrir une opportunité d’ouvrir le score mais encore une fois, la réussite fuit le jeune ailier.

Alors que le dernier quart d’heure débute, les intentions des deux côtés malheureusement ne changent pas. L’Espagne cherche à tout prix à passer dans une défense extrêmement fermée, et la Suède se refuse toujours autant le droit de développer le moindre football. Un nouveau centre superbe d’Oyarzabal fait passer un frisson dans l’arrière garde scandinave. Alba, probablement le meilleur espagnol sur la pelouse ce soir continue de jaillir dans les derniers instants du match mais la madjer de Moreno finit contrée. Dans le temps additionnel, l’Espagne accélère enfin et s’offre trois ou quatre balles de match, mais par manque de réussite ou faute à un gardien adverse impérial, n’arrive pas à débloquer son compteur but dans cet Euro 2020. Des actions symboliques d’une rencontre qui se termine quelques minutes plus tard sur ce score nul et vierge, et qui aura vu une équipe aux intentions offensives trop polies durant 80 minutes se heurter à une défense au pragmatisme objectivement déprimant. En bref, une purge.

Date de publication: 14 juin 2021

0 Commentaire

Voir tous les Commentaires

Sur le même sujet