Lire l’article
Reuters

Euro 2020

L’Espagne s’en sort après un scénario de dingue

Dans ce duel qui apparaissait indécis, la Roja et la Vatreni ont offert un florilège de buts et de rebondissements pour ce qui est jusqu’ici le plus beau match de cet Euro. L’Espagne poursuit son chemin en quart de finale face à la Suisse ou la France. La Croatie sort quant à elle par la très grande porte.

Pour cette prometteuse affiche le Parken Stadium s’est paré de rouge et blanc tant les supporters des Vatreni se sont déplacés en masse. Au coup d’envoi  les deux coaches optent pour un 4 3 3. Dans le camp espagnol, Gaya remplace Alba sur le côté droit de la défense alors que Torres est titularisé aux avants postes. Côté croate, le seul changement notable dans le 11 titulaire concerne Rebic sur le flanc droit de l’attaque qui remplace Perisic  testé positif au Covid.

Les premières minutes de la partie sont à l’avantage de la Roja qui confisque le cuir à leurs adversaires. Il faut néanmoins attendre la 12eme minute de jeu pour voir Morata pénétrer dans la surface croate et trouver, en retrai,t Sarrabia dont le tir fouette le mauvais côté du petit filet droit de Livakovic. C’est ensuite Koke qui manque de peu l’ouverture du score sur une offrande de Pedri dans l’intervalle plein axe. Son tir contraint le portier croate à sortir le grand jeu du pied droit pour repousser le danger devant sa ligne de but (15eme).

La bévue de Simon


Morata, décidément habité par le doute,  se troue une nouvelle fois de la tête sur un centre parfaitement ciblé de Torres côté droit (18eme). La malchance des Espagnols va contraster avec la chance des Croates dans la foulée sur une incroyable bourde de Simon.  Dans une action totalement anodine et une passe appuyée de Pedri, le portier ibérique se loupe sur son contrôle et laisse filer le ballon…dans son propre but (1 à 0). Des lors, les joueurs de Zlato Dalic sont métamorphosés et tente de profiter du coup de massue reçu par leurs opposants. 
Vlasic, hyper puissant sur ses appuis, pénètre dans la surface espagnole,  résiste tout d’abord au retour de Garcia avant de frapper lourdement dans le petit filet de Simon (22eme). Sonnée, la Roja reprend ses esprits en fin de ce premier acte. Sur un vent de panique dans la surface adverse  (38eme) marqué par  un enchainement de passes courtes ils trouvent enfin la faille lorsque Livakovic repousse  un tir puissant sur Sarrabia qui ne se fait pas prier pour égaliser ( 1 à 1).

Malgré la pause, les Espagnols poursuivent sur leur lancée et ne tardent pas à faire mouche une seconde fois sur une merveille de centre de Torres déposé sur le crâne d’ Azpilicueta aux 6mètres qui ne laisse aucune chance à Livakovic (56eme). Après une incursion et un joli échange entre Blasic et Gvardiol dans la surface, ce dernier tente sa chance mais Simon, vigilant, repousse le danger (67eme).

Modric réveille les siens


La suite de la rencontre est plutôt équilibrée mais ce sont les Espagnols qui vont se montrer les plus tranchants. Lancé dans la profondeur Torres prend le meilleur sur Gvardiol et s’en va battre Livakovic du plat du pied en plaçant la ballon entre les jambes du malheureux gardien croate ((77eme). Alors qu on pense se diriger sur une fin de match tranquille pour la Roja, Modric sort une nouvelle fois son costume de sauveur providentiel en semant la zizanie sur le côté droit des buts adverses et remise en retrait. S’en suit un cafouillage énorme au terme duquel Orsic parvient enfin à faire franchir la ligne de but à ce capricieux ballon (85eme). L’aide de la « Goal line technology » sera nécessaire  à l’homme en noir  Cuneyt Cakir pour dissiper tout doute sur la validité de cette réduction du score. Alors que tout semble terminer l’improbale se produit de nouveau. Sur un centre travaillé côté gauche Orsic envoie Pasalic sur orbite (92eme) pour une égalisation de la tête  rageuse dans les arrêts de jeu (3 à 3). La Croatie pousse la Roja à jouer une prolongation inattendue.

Morata fait taire ses détracteurs


La première opportunité des prolongations est au profit d’Orsic qui reprend instantanément le ballon d’une frappe enroulée puissante qui rase la transversale de Simon (92eme).
C’est ensuite au tour de Kramaric de mettre le feu sur le but adverse d’une frappe du plat du pied aux 6 mètres après un festival d’Orsic, intenable sur son côté gauche (96eme). Il faut une parade d’exception de Simon pour sauver son camp.
Les Espagnol répondent avec fracas. Moratta au second poteau exécute un enchainement parfait après un superbe service d’Olmo : contrôle du droit et frappe enchainée du gauche de toute beauté. Le but Croate est pulvérisé (4 à 3)
Le match devient totallement fou. Depuis le long de la ligne de touche, côté droit,  Olmo trouve Oyarzabal seul face au but qui ne laisse aucune chance du gauche à ras du poteau à son Livakovic (5 à 3). Dès le début du second acte de la prolongation le tir croisé de Budimir vient lécher le poteau de Simon après que celui-ci l‘ait dévié du bout des doigts (105eme). Un dernier tir sur le poteau d’Olmo (120eme) clôturera cette folle partie.

Date de publication: 28 juin 2021

0 Commentaire

Voir tous les Commentaires

Sur le même sujet