Lire l’article
© Albert Krier

Football

FC Differdange - F91 Dudelange: l'analyse tactique

De manière générale, il est intéressant de constater que les trêves internationales d’aujourd’hui n’ont plus le même impact qu’il y’a 10-15 ans pour les équipes de BGL Ligue.

Avant, il était compliqué pour les « Top Equipes » de bonifier ces périodes étant donné que la plupart de leurs « sélectionnables » étaient appelés en Equipe Nationale.

Depuis plusieurs années, le fait que les internationaux luxembourgeois évoluent à 95% dans des clubs pros étrangers permet aux équipes de BGL Ligue, comme ont pu l’être Dudelange et Differdange à l’époque, de profiter de deux semaines pour se reposer et arriver en pleine forme pour la reprise du championnat.

On pense notamment aux coachs qui profitent également du fait d’avoir, à disposition, un groupe au complet pour travailler collectivement.

On peut donc comprendre pourquoi, ce dimanche, on a pu assister à un très bon match entre deux équipes du Top 4 prêtes physiquement, techniquement et tactiquement.

On a pu apprécier de voir une équipe de Dudelange, comme depuis le début de saison, maitrisant son système de jeu avec des joueurs jouant à leur niveau.

En face, on a pu voir un FC Differdange adapté tactiquement à son adversaire, bonifiant à ce niveau, ses deux semaines de préparation au complet.

Même si les joueurs de Resende n’ont pas toujours eu l’impact nécessaire, ils ont su monter d’un cran en seconde période pour forcer le F91 à évoluer tactiquement en cours de match (ce qui est très rare cette saison).

Comme cela est souvent le cas dans une rencontre serrée, les buts ont été marqués sur des détails plutôt que dans le jeu, comme des coups de pieds arrêtés par exemple.

Hier, sur la moitié des buts, ces détails ont été des erreurs individuelles que les deux équipes ont eu la performance de punir.

La 1ère clé tactique du match : Eteindre l’influence du milieu de terrain adverse

Ce dimanche, les deux systèmes de jeu proposés par les coachs Resende et Fangueiro ont été mis en place pour annihiler le rôle de relayeurs, de lanceurs des phases d’attaques, des milieux adverses.

Avec son système habituel en 5-3-2, avec deux milieux récupérateurs, Fangueiro s’assurait la possibilité de mettre une pression immédiate sur les deux relayeurs differdangeois identifiés comme Marcelino et Marinus.

Pedro Resende lui, proposait 2 systèmes différents selon si son équipe avait le ballon ou était en phase défensive.

Défensivement, le coach faisait monter Marinus à hauteur de De Taddeo pour mettre une pression sur les deux milieux centraux Dos Santos et Morren. Marcelino gérait le meneur de jeu Sinani.

De manière générale, on a pu observer que les objectifs de ces plans de jeu défensifs ont été atteints en voyant de nombreux jeux longs directs sur les attaquants ou en profondeur.

Souvent, ces jeux longs étaient précédés de passes vers l’arrière.

Nombreux jeux longs + passes vers l’arrière = signes d’un milieu de terrain indisponible.

Le but de Sinani (1-1, 43ème) illustre parfaitement la plus-value de cette stratégie puisque le buteur dudelangeois interceptera une nouvelle passe en retrait differdangeoise avant d’enclencher sa frappe.

Offensivement, comment se sont adaptées les équipes pour s’adapter au plan de jeu défensif adverse ?

Du côté du FCD03, en phase d’attaque placée, le joueur clé a été Maxime De Taddeo.

Etant donné que Differdange attaquait souvent en 4-2-3-1, et que ses milieux Marinus et Marcelino, étaient proches de leurs défenseurs, il était le seul élément à pouvoir déséquilibrer le bloc dudelangeois en se baladant un peu partout sur le terrain.

On a pu le voir entre les lignes et sur les côtés et, parfois, se projeter dans la profondeur quand Joachim décrochait.

Aussi, et comme évoqué dans le chapitre précédent, les Differdangeois ont utilisé la profondeur pour mettre en difficulté le F91.

Souvent, ces passes ont été dangereuses lorsque celles-ci étaient effectuées après une récupération de balle et non lors d’attaques placées.

Pourquoi ?

Parce que les défenseurs dudelangeois maitrisent bien la profondeur lorsqu’ils sont en place face à une attaque placée.

Cependant, il est difficile de gérer une passe dans son dos après une perte de balle dans le milieu de terrain et que le bloc est en train de monter.

L’origine de l’action amenant le pénalty de Cabral (1-0, 36ème) est d’ailleurs une récupération de balle haute et une transition offensive en une passe en profondeur dans le dos d’une défense dudelangeoise en train de remonter et mal couverte par le temps d’hésitation marqué par son gardien de but dans sa sortie.

Côté F91, on a pu voir ce qui fait la force de cette équipe : la qualité de déplacement de ses joueurs.

Lorsqu’on observe Dudelange jouer, on voit toujours une équipe en mouvement.

Hier, on pouvait voir les deux milieux, Dos Santos et Morren, obligés de dézoner pour se démarquer, recevoir le ballon et déclencher quelque chose.

Ces déplacements libéraient des zones de jeu automatiquement compensées par leurs coéquipiers.

C’est la marque de fabrique du F91, la plupart des actions mettent en mouvement 5 à 6 joueurs justes techniquement permettant des combinaisons rapides qui déséquilibrent le bloc adverse.

En première période, les Differdangeois n’ont pas toujours mis l’intensité défensive nécessaire et cela a provoqué de nombreuses fautes concédées dans les 25 mètres d’Andrea Amodio dues à des décalages créés par les combinaisons adverses et provoquant, donc, du retard défensif.

Cela est illustré par le carton jaune de Maxime De Taddeo qui sanctionne une répétition de fautes du joueur dès la 20ème minute.

Au retour des vestiaires, on a pu constater que les Differdangeois avaient augmenté le curseur de leur impact défensif.

Comme évoqué dans l’introduction, cela a forcé Carlos Fangueiro à évoluer tactiquement en faisant rentrer un milieu de terrain, Filip Bojic, à la place du défenseur central Joscelino Dos Santos.

Ce passage en 4-4-2, avec un milieu en losange, apportait au F91 un « +1 » perpétuel dans le milieu de terrain et donc une solution de passe vers un relayeur démarqué.

Le second but dudelangeois (2-2, 64ème, Bettaieb) met en lumière l’apport de Bojic, puisque, sur cette action, on peut observer la connexion entre Morren et Bojic qui permettra à ce dernier de lancer en profondeur Bettaieb.

Avant ce remplacement, on aurait pu imaginer que c’est Morren qui aurait lancé l’attaquant dudelangeois et cela n’aurait peut-être pas eu la même issue positive.

Pourquoi ?

Car Bojic a pu déclencher une passe au sol à 30 mètres du but d’Amodio alors que Morren, à 45 mètres du but, aurait sûrement dû lancer un ballon aérien plus difficile à négocier pour Bettaieb.

De manière générale, Dudelange a donc eu la possession du ballon et a buté sur une équipe du FCD03 assez performante au niveau de la gestion de la profondeur et dans le bon tempo défensif.

L’état d’esprit des Differdangeois a été récompensé par le but de la victoire de Cabral (3-2, 83ème) où l’on préfère mettre en avant le fait que l’attaquant s’est arraché, et est allé chercher son but tout seul, plutôt que l’erreur de Delgado.

Du côté de Dudelange, on peut peut-être regretter qu’après le 3-2, ils aient choisi de lancer de longs ballons vers l’avant plutôt que de continuer à faire la différence dans le jeu.

Mais, dans l’urgence du score et du temps, on peut aisément comprendre ce choix.

 

Thomas Fullenwarth

Date de publication: 18 octobre 2021

0 Commentaire

Voir tous les Commentaires

Sur le même sujet